Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par www.matthieulamarque.fr

Marty et le Doc reviennent à Pau pour une projection en plein air ! Quelques infos à savoir absolument pour (re)découvrir le film culte : RETOUR VERS LE FUTUR !
Marty et le Doc reviennent à Pau pour une projection en plein air ! Quelques infos à savoir absolument pour (re)découvrir le film culte : RETOUR VERS LE FUTUR !

Vendredi 08 juillet, PROJECTION DU FILM CULTE EN PLEIN AIR A PAU !

Retour vers le futur / Robert Zemeckis 1h56 / 1985 / Fiction / États-Unis / vf

Un été au ciné / projection plein air à la tombée de la nuit ( vers 22h)

En première partie : Le skate moderne de Antoine Besse / France / 2014 / Documentaire / 6’40

La Coulée Verte - Avenue de Buros près de la grange de la Mjc Berlioz.À partir de 19h, la Mjc Berlioz vous accueille dans son parc et vous propose de soutenir une opération d’autofinancement du Secteur Jeune et du Groupe Faire-Ensemble : sandwiches et gâteaux vous seront proposés à la vente. D'autres propositions de restauration vous seront suggérées par La Magie de la Casserole qui accompagne les séances de cinéma de l'été (planches apéro à partager, petits plats, snacking et desserts maison à petits prix).

Soirée organisée en partenariat avec la MJC Berlioz.En cas de mauvais temps, repli au Méliès (6, rue Bargoin)...mais la pluie n'est pas au programme !

Marty et le Doc reviennent à Pau pour une projection en plein air ! Quelques infos à savoir absolument pour (re)découvrir le film culte : RETOUR VERS LE FUTUR !

A mes yeux, c'est très simple : RETOUR VERS LE FUTUR est l'un des meilleurs films de science-fiction qui existe parce que son scénario est osé, inventif et intelligent.

L'intrigue relate le voyage dans le passé d'un adolescent, Marty McFly, à bord d'une machine à voyager dans le temps fabriquée par le docteur Emmett Brown à partir d'une voiture de modèle DeLorean DMC-12. Parti de l'année 1985 et propulsé en 1955, Marty, aidé du « Doc » de 1955, doit résoudre les paradoxes temporels provoqués par ses interventions dans le passé et trouver le moyen de retourner à son époque d'origine.

Bon, jusque là, rien de très surprenant... La bonne idée des scénaristes est de faire rencontrer le jeune héros Marty avec ses parents de 1955 donc des jeunes de son age à une autre époque. C'est ça qui rend un charme fou au film et laisse planer une question pour longtemps dans l'esprit du spectateur : Aurais-je été amis avec mes parents si je les avais connu à mon âge ? Perturbant non ?

Bon, ça peut faire de gros dégâts puisque la mére de Marty de 1955 tombe amoureuse de Marty de 1985 donc ne rencontre pas le pére de Marty en 1955 donc au final, Marty n'existe pas en 1985... C'est compliqué ? Aller voir le film le plus pop-culture de tous les temps et vous comprendrez tout. Ce film nous plonge avec nostalgie dans le passé des années 50 avec les yeux d'un ados des années 80. Et comme dirait le Doc : "Ça marche !" Ce film fait partie de ceux que je regarde encore car mon ressenti est différent à chaque fois puisqu'il évolue selon les visionnages et le temps qui passe. Ce film parle de "transmission" tout au long de son histoire donc amenez vos enfants, neveux, petits cousins et transmettez leur le gout de RETOUR VERS LE FUTUR.

Ce film est plus qu'un simple divertissement familial, c'est RETOUR VERS LE FUTUR !

Box-office

En France, Retour vers le futur rencontre un énorme succès commercial avec 3 457 648 entrées29, se classant à la quatrième place du box-office français de l'année 1985.

Distinctions

Marty et le Doc reviennent à Pau pour une projection en plein air ! Quelques infos à savoir absolument pour (re)découvrir le film culte : RETOUR VERS LE FUTUR !

Plusieurs personnes font un caméo dans le film :

Écriture du scénario

Le scénariste et producteur Bob Gale a eu l'idée de Retour vers le futur après avoir rendu visite à ses parents à Saint-Louis (Missouri), dans le Missouri, après la sortie de La Grosse Magouille. Lors d'une recherche dans le sous-sol de leur maison, il trouve un annuaire de son père à l'époque du lycée et a découvert que ce dernier fut président de sa promotion. Gale pensa au président de sa promotion, qui n'avait rien à voir avec lui. Gale s'est demandé s'il aurait été ami avec son père s'ils avaient été au lycée en même temps. Lors de son retour en Californie, à Los Angeles, il parle de son nouveau concept à Robert Zemeckis. Par la suite, Zemeckis a pensé à une mère qui prétend n'avoir jamais embrassé un garçon à l'école, alors qu'elle était légère en réalité. Les deux hommes ont présenté le projet à Columbia Pictures, et ont conclu un accord de développement pour un script en septembre 1980. Zemeckis et Gale ont placé l'histoire en 1955 car, mathématiquement, selon eux, un adolescent de 17 ans qui voyage pour rencontrer ses parents du même âge signifiait de voyager dans cette décennie. La période était marquée ; l'ascension des adolescents en tant qu'élément culturel important, la naissance du rock'n'roll et l'expansion des banlieues, qui seraient la saveur de l'histoire.

À l'origine, la machine à voyager dans le temps devait être un réfrigérateur qui devait, pour son utilisateur, utiliser l'énergie d'une explosion atomique sur le site d'essais du Nevada pour rentrer chez eux. L'idée fut rapidement abandonnée, les auteurs craignant que les enfants n'essaient de s'enfermer à leur tour dans leur réfrigérateur. Zemeckis a trouvé qu'il serait plus pratique que la machine à voyager dans le temps soit mobile. La DeLorean a été choisie car sa conception contribue à crédibiliser le gag concernant la famille d'agriculteurs qui prend par erreur le véhicule pour une soucoupe volante. En outre, le point culminant d'origine a été jugé trop cher par les dirigeants d'Universal et a été simplifié. Les auteurs ont eu du mal à justifier les liens d'amitié entre Marty et Doc avant de créer l'amplificateur géant de guitare électrique et ont résolu la relation œdipienne de Marty avec sa mère quand ils ont écrit la ligne de dialogue « C'est comme si j’embrassais mon frère ». Le personnage de Biff Tannen fut nommé d'après un directeur des studios Universal, Ned Tanen, qui a eu un comportement agressif lors d'une réunion sur le script de Crazy Day.

Le premier projet de Retour vers le futur fut achevé en février 1981. Columbia Pictures mit le projet en turnaround, arrangement dans l'industrie du film dans lequel les droits d'un projet sont vendus à un autre. Selon Gale, ils pensaient que « c'était un film très agréable, attirant et chaleureux, mais pas suffisamment sexuel ». Il ajoute qu'ils ont suggéré qu'ils l'emportent chez Disney, mais ils ont décidé « de voir si un autre des grands studios voulait un morceau de nous ». Chaque grand studio de cinéma a rejeté le script durant les quatre années suivantes, tandis que Retour vers le futur connut plus de deux versions. Dans les années 1980, les comédies pour adolescents (tels que Fast Times at Ridgemont High et Porky's) étaient osées et visaient les adultes, de sorte que le script a été généralement rejeté parce qu'il était trop léger. Gale et Zemeckis ont finalement décidé de le proposer à Disney, mais ils leur ont dit que « l'histoire de la mère qui tombe amoureuse de son fils n'était pas appropriée pour un film familial sous la bannière Disney», selon Gale.

Le duo tenta de s'allier avec Steven Spielberg, qui avait récemment produit Crazy Day et La Grosse Magouille, deux échecs commerciaux. Spielberg fut initialement absent du projet par la crainte de Zemeckis qui sentait que s'il produit un nouvel échec avec lui, il ne serait jamais en mesure de faire un autre film. Gale déclara qu'ils avaient « peur d'avoir la réputation de deux gars qui ne pouvaient pas obtenir un emploi » parce qu'ils étaient amis avec Spielberg. Un producteur fut intéressé, mais se ravisa lorsqu'il apprit que Spielberg n'était pas impliqué dans le projet. Zemeckis choisit plutôt de réaliser À la poursuite du diamant vert, qui rencontra un succès au box-office. Maintenant, devenu un réalisateur à haut profil, Zemeckis approcha Spielberg pour le concept, et le projet fut mis en place parUniversal Pictures.

Un des dirigeants d'Universal, Sidney Sheinberg, fit quelques suggestions pour le script : changer le prénom de la mère de Marty, initialement Meg, en Lorraine (le prénom de la femme de Sheinberg, l'actrice Lorraine Gary), changer le nom de « Professeur Brown » en « Doc Brown », et remplacer son chimpanzé par un chien comme animal de compagnie. Sheinberg souhaita également le changement du titre, Spaceman from Pluto, convaincu qu'aucun film à succès n'a jamais eu le mot futur dans le titre. Il suggéra de présenter Marty comme « Dark Vador de la planète Pluton » habillé en un alien pour forcer son père à sortir avec sa mère (plutôt que « la planète Vulcain »), ainsi que le comics du fils du fermier se nomme Spaceman from Pluto plutôt que Space Zombies from Pluto.

Consterné par le nouveau titre que Sheinberg voulait imposer, Zemeckis demanda l'aide de Spielberg, qui, ensuite, dicta un mémo pour convaincre Shainberg, dans laquelle il écrit qu'ils pensaient que son titre était juste une mauvaise blague, l’embarrassant ainsi en laissant tomber l'idée du titre.

Marty et le Doc reviennent à Pau pour une projection en plein air ! Quelques infos à savoir absolument pour (re)découvrir le film culte : RETOUR VERS LE FUTUR !
Accueil critique de la presse française

« Cette mouture comédie S.F.-pop-corn a beau avoir battu des records d'entrées aux États-Unis, elle a beau être un pur produit de l'école Spielberg-Zemeckis, on a bien du mal à y voir autre chose qu'une exploitation facile de l'imagerie rock'n'roll et (encore) une glorification un peu bêta de l'Amérique, une ! » — Stella Molitor, Première

« On accepte ou non, on vibre ou non à cette charge démente concoctée par ces purs cinglés de cinéma que sont ceux de la bande à Spielberg, le producteur du film. Ne projetons pas notre moralisme sur ce conte déchaîné franchement drôle, témoignage paroxystique d'une société qui ne doute de rien. » — Louis Marcorelles, Le Monde

« Un exploit enchanteur qui s'accompagne aussi d'un retour aux fifties, très habile, à une ancienne fureur de vivre qui fait rêver aujourd'hui, sans oublier l'hommage au rock et à ses pionniers. […] Il faut donc saluer l'intelligence des prouesses de la mise en scène, qui ne se résume pas aux effets techniques, aux trucages époustouflants, mais réussit le mariage du style futuriste et rétro comme au temps fabuleux des surréalistes. » — Anne de Gasperi, Le Quotidien de Paris

« Back to the future, dites-vous ? On a plutôt envie de dire No Future. Pour l'instant, entre la guimauve faussement nostalgique et l'hémoglobine communiste, vous n'avez que l'embarras du choix. » — M.P., Le Matin

« […] un des plus consternants navets qu'ait produit la bande à Spielberg… […] Retour vers le futur est le ramassis d'images le plus inoffensif que l'Amérique nous ait envoyé depuis des années. Quant à Bob Zemeckis, son amour des mouvements d'appareils pour rien, son manque de temps absolu dans la direction d'acteurs, sa conception hystérique de la mise en scène en font d'ores et déjà le prétendant idéal de Tavernier américain. » — L.S., Libération

« Retour vers le futur, spectacle agréable et délassant, risque, avec le temps, de devenir un film de référence. » — Robert Chazal, France-Soir

« Cette comédie pétillante, et haute en couleurs, […] menées à un rythme trépidant, interprétées par des comédiens craquants et bénéficiant de nombreux effets spéciaux, ces réjouissantes aventures ont tout pour plaire. » — Édouard Huber, Famille chrétienne

Marty et le Doc reviennent à Pau pour une projection en plein air ! Quelques infos à savoir absolument pour (re)découvrir le film culte : RETOUR VERS LE FUTUR !

Autour du film

La saga Retour vers le futur est riche en références et clins d'œil, notamment scientifiques, historiques, cinématographiques et musicaux. Voici les principaux, concernant ce premier volet.

Références scientifiques
  • Doc prononce « gigawatts » de façon excentrique dans la version originale ainsi qu'en français (« gigowatts ») pour imiter un physicien rencontré pendant la préparation de son rôle.
  • On peut voir de gauche à droite sur la cheminée quatre portraits de physiciens : Isaac Newton, Benjamin Franklin, Thomas Edison et Albert Einstein. Dans la toute première scène, on peut distinguer deux de ces portraits qui sont posés sur le sol au milieu du fouillis de « Doc ». Benjamin Franklin est également un des pères fondateurs de la Déclaration d'indépendance des États-Unis.
  • Le chien du « Doc » de 1955 se nomme Copernic. Celui du Doc de 1985 se nomme Einstein.
Autres références
  • Le générique de début de Retour vers le futur (une succession de plans d'horloges et de montres) est un hommage appuyé à La Machine à explorer le temps(1960) de George Pal, qui débute de la même façon.
  • Dans la première scène du film, lorsque Marty allume l'amplificateur dans le laboratoire du Doc, il manipule un bouton étiqueté « CRM 114 », hommage àDocteur Folamour de Stanley Kubrick, où apparaît un appareil du même nom dans le B-52 qui déclenche la catastrophe nucléaire.
  • Lors de son interprétation au bal de fin d'année, Marty fait de nombreuses références aux groupes de sa génération. Il réalise le duckwalk créé par Chuck Berryet cher au guitariste Angus Young d'AC/DC, joue de la guitare derrière sa tête à la manière de Jimi Hendrix, emprunte des techniques à Eddie Van Halen, termine son solo en jouant couché sur le sol encore une fois comme Angus Young, et renverse l'ampli avec son pied. Il conclut par la phrase : « Heu, je crois que vous n'êtes pas encore prêts pour ce genre de chose. Par contre vos gosses vont adorer ça. »
  • À son arrivée en 1955, Marty, portant encore sa combinaison anti-radiations, réveille et effraie les membres de la famille Peabody. Ce nom est une référence au dessin-animé "Mr Peabody and Sherman" du dessinateur Ted Key, diffusé aux États-Unis dans les années 1960. Le fils, incarné par Jason Marin, porte d'ailleurs le prénom Sherman. Il est à noter que l'adaptation cinématographique de cette œuvre, M. Peabody et Sherman : les voyages dans le temps, réalisée par les studios Dreamworks et sortie en 2014, a également pour thème les voyages dans le temps.
  • Lorsque Marty s'immisce dans l'ancienne maison de son père en 1955 pour le convaincre d'inviter Lorraine, sa mère, il utilise sa combinaison contre les radiations pour l'effrayer. Marty dit s'appeler Dark Vador et provenir de la planète Vulcain. De plus, Marty adresse un bonjour à son père de la même façon que monsieur Spock, un salut dans lequel l'annulaire et le majeur sont séparés des autres doigts par un espace. On a donc ici deux références explicites à la sagaStar Wars et à la série Star Trek.
  • La série télévisée que regardent les grand-parents de Marty durant le dîner est The Honeymooners. Cependant, il s'agit d'un anachronisme puisque l'épisode qu'il regardent, The Man from Space, n'a été diffusé que le 31 décembre 1955. Le véritable épisode diffusé le 5 novembre s'intitule The Sleepwalker.
  • En modifiant les circonstances de la rencontre de ses parents en 1955, Marty aura modifié leur futur et le sien par la même occasion. Autre victime collatérale de son voyage dans le passé : le centre commercial Twin pines mall (centre commercial des deux pins) sera rebaptisé Lone pine mall (centre commercial du pin solitaire) car Marty aura « tué » un des deux pins chez les Peabody lors de son arrivée en 1955.

Dans la culture populaire

Retour vers le futur a été un des films marquants des années 1980 et beaucoup d'œuvres renferment des références à cette trilogie. La phrase finale du premier film "Là où on va, il n'y pas de route" est passée dans le langage courant en français comme en anglais grâce au président américain Ronald Reagan qui l'employa dans l'un de ses discours.

Marty et le Doc reviennent à Pau pour une projection en plein air ! Quelques infos à savoir absolument pour (re)découvrir le film culte : RETOUR VERS LE FUTUR !
Cinema
  • Dans le film Donnie Darko, qui se déroule durant les années 1980, lorsque Donnie Darko et son professeur le Dr. Kenneth Monnitoff discutent des possibilités de voyages dans le temps, quand le professeur dit qu'il faudrait une sorte de « vaisseau » pour faire ce genre de voyage, Donnie évoque la DeLorean en disant qu'il adorait ce film.
  • Dans En cloque, mode d'emploi, Ben et Pete évoquent le film en parlant de la De Lorean, Doc et du continuum espace temps. Devant l'incrédulité d'Allison et de sa sœur, ils s'insurgent presque devant leur ignorance.
  • Dans Albert à l'ouest, un film ayant pour cadre l'Ouest américain du xixe siècle, le héros s'approche d'une grange émettant des étincelles, et découvre en y pénétrant le Docteur Emmett Brown travaillant sur sa DeLorean dans Retour vers le futur 3.
  • Dans Austin Power 2, l'espion qui m'a tirée, Austin Power remonte le temps dans une Volkswagen new beetle équipée d'un clavier sur le tableau de bord pour choisir la date ou l'on va, et qui doit monter a une certaine vitesse pour voyager dans le temps
Télévision
  • Dans l'épisode Le futur peut attendre de Garfield et Cie, Garfield voyage dans l'espace avec un vaisseau qui ressemble comme deux gouttes d'eau à la DeLorean du film. De même que le propriétaire de cette « DeLorean spatiale » ressemble beaucoup au Doc, de par son apparence physique (même s'il s'agit d'un extraterrestre cyclope violet), ses traits de caractères, sa façon d'être et sa façon de parler.
  • Dans les séries télévisées Stargate SG-1 et Stargate Atlantis, certaines références à Retour vers le futur sont utilisées. Le titre des deux derniers épisodes de la saison 8 de SG1 par exemple (bien que dans la version originale ces deux titres ne sont pas du tout une référence), ainsi que quelques dialogues sur le voyage dans le temps dans Stargate Atlantis (il faut regarder la version originale pour comprendre, les traducteurs d'Atlantis n'ayant pas fait le rapprochement entre flux capacitor et « convecteur temporel »). Ce film est même le préféré de John Sheppard (Joe Flanigan), le héros de SGA. D'ailleurs, dans l'épisode 1x15 : Le Grand Sommeil, quand McKay explique quels éléments seraient nécessaires à un voyage temporel, Sheppard réplique en disant « Sans oublier une chouette DeLorean ».
  • Dans l'épisode 18 de la saison 3 de Spin City, sitcom où Michael J. Fox a le premier rôle, Christopher Loyd participe à un épisode nommé Back to the Future IV The Judgment Day où il y a, bien sûr, plusieurs références à la trilogie.
  • Dans la saison 5 de Lost : Les Disparus, Hugo fait allusion à la main de Marty qui disparaît à la suite du paradoxe temporel.
  • Dans l'épisode 11 de la saison 19 des Simpsons intitulé Les Années 90, lors d'un concert où Homer Simpson joue du Nirvana sur scène, un certain Marvin Cobain téléphone à son cousin Kurt afin de lui faire découvrir un nouveau style de musique ; il s'agit d'une reconstitution de la scène du premier épisode où Marty joue Johnny B. Goode et où Marvin Berry téléphone à son cousin Chuck. Également dans un épisode des Simpsons (Proposition à demi indécente, saison 13), Artie Ziff souhaite montrer ses « talents » à Marge en recréant la copie conforme du bal de promotion où il a perdu l'estime qu'elle lui portait. Homer, qui observait, s'écrie clairement « Il faut que j'empêche Artie d'épouser Marge, sinon je naîtrai jamais. » Artie remplace Marty mais le cadre spatio-temporel est le même. Par ailleurs, l'un des épisodes de la saison 11 s'intitule en anglais Bart to the future. Enfin, dans l'épisode spécial Simpson Horror Show V, faisant partie de la saison 6, Homer se trouve dans une dimension parallèle et dit que « Michael J. Fox n'est pas le seul à voyager dans le temps. »
  • Dans un épisode des Griffin, Peter essaie d'aller dans le passé pour revivre sa jeunesse, or il modifiera celui-ci et va faire plusieurs voyages pour le rétablir. À la fin de l'épisode, il y a la scène du slow mais, au moment de jouer Johnny B. Goode, on entend Never Gonna Give You Up de Rick Astley, c'est un Rick Roll !
  • Dans le 16e épisode de la saison 2 de Fringe, quand on voit les « observateurs » sortir du cinéma (dans l'univers parallèle), le toit de l'entrée du cinéma indique que le film diffusé (comme cela se faisait à l'époque où se déroule l'histoire) est « Back to the Future, starring Eric Stoltz » (en français : « Retour vers le futur, avec Eric Stoltz »). Eric Stoltz était à la base l'acteur du film avant d'être remplacé (voir le chapitre 3 Distribution de cette page), dans l'univers parallèle, on peut supposer qu'il n'a jamais été remplacé (l'univers parallèle étant légèrement différent du monde réel)…
  • Dans la seconde partie de l'épisode 10 de l'anime japonais Panty and Stocking with Garterbeltt, le titre fait directement référence à Retour vers le futur que ce soit dans la forme du logotype (en Kanji) que le titre lui-même appelée Chuck to the Future.
  • Dans l'épisode 16 de la saison 4 de la série American Dad!, Stan reconstruit une DeLorean d'origine et fait la concurrence à une personne ayant la même DeLorean que dans retour vers le futur. Dans ce même épisode, Steve dit à sa sœur « hallo McFly ». Dans l'épisode 9 de la saison 6, Steve retourne dans le passé habillé comme Marty lorsque ce dernier voyage en 1955.
  • Dans le 19ème épisode de la saison 3 de la série Futurama, Fry et toute l'équipe de Planet Express font un voyage dans le temps dû au mélange des ondes magnétique de l'explosion d'une super nova et des ondes du micro-ondes en contact avec le paquet de pop-corn de Fry, qui tombe nez-à-nez avec son grand-père et le sauve d'un accident de voiture plus tard dans l'épisode, faisant référence à Marty qui sauve son père d'une collision avec la voiture de son grand-père.
Marty et le Doc reviennent à Pau pour une projection en plein air ! Quelques infos à savoir absolument pour (re)découvrir le film culte : RETOUR VERS LE FUTUR !
  • Dans l'épisode 4 de la saison 4 des Experts Manhattan, plusieurs allusions sont faites à la trilogie, dont le titre de l'épisode « Détour vers le futur ». La victime se nomme d'ailleurs Martin Browning, allusion à « Marty » et « Brown » ; il a créé une machine à « voir » dans le temps et se dit arrivé du futur grâce à celle-ci.
  • Dans la série Supernatural, on retrouve également de nombreuses références à Retour vers le futur. Dans l’épisode 3 de la saison 4, Dean est envoyé dans le passé et rencontre son père dans un bar dans les mêmes conditions que Marty dans le premier film de la trilogie. Il fait ensuite référence à la DeLorean, en se demandant si c’est avec cette voiture que Castiel lui a permis de voyager dans le temps. Dans l’épisode 18 de la saison 6, après que Dean et Sam aient tous les deux fait un bref voyage temporel en 1861, ils reçoivent un colis de Samuel Colt, leur contact du Far West, référence à la scène du film Retour vers le futur IIquand Marty reçoit une lettre de Doc qui se trouve en l’an 1885. Une autre référence est faite quant à cette scène dans l’épisode 12 de la saison 7, quand Dean se retrouve en l’an 1944 et qu’il écrit une lettre à son frère resté dans le présent. Dans ce même épisode, Dean mentionne également la « stratégie de Biff » quand il apprend que Chronos a en sa connaissance les résultats des courses hippiques qui n’ont pas encore eu lieu. La dernière référence en date se trouve dans l'épisode 12 de la saison 8, lorsque Dean, pour parler d'un voyage dans le temps, indique qu'Henry Winchester va se « Marty McFlyiser » jusqu'en 1960.
  • Dans la série animée Code Lyoko et sa suite Code Lyoko Évolution, Odd Della Robbia se déplace en hoverboard sur le monde virtuel Lyoko.
  • Dans la série télévisée Warehouse 13, Pete parle plusieurs fois de Retour vers le futur, car c'est l'un de ses films préférés.
Musique
  • Le groupe de pop/rock McFly a pris le nom du personnage principal.
  • La célèbre DeLorean est présente dans les clips Fight For Your Right (revisited) des Beastie Boys et Thrift Shop de Macklemore & Ryan Lewis.
  • Gaspard Royant dans sa chanson "Marty McFly" évoque le film à plusieurs reprises.
  • Le rappeur français Kaaris travaille dans une maison de production connue sous le nom de "Back To The Future".
  • Le rappeur français Joke a sorti début 2015 un EP nommé Delorean Music de cinq titres ou l'on peut entendre des passages du film dans une des chansons.

Suites

Les concepteurs du film n'avaient pas du tout prévu de faire une suite pour Retour vers le futur. D'ailleurs, la DeLorean volante de la fin du premier opus n'était à l'origine qu'une plaisanterie. Les demandes persistantes des fans ont conduit à la réalisation de Paradoxe en 1989-1990, devenu à sa sortie en salles Retour vers le futur 2 et 3. Zemeckis et Gale ont eu beaucoup de mal à construire une suite. De plus, certains acteurs du premier volet n'étaient plus partants pour tourner le second opus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article