Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par www.matthieulamarque.fr

EUROVISION 2016 : A QUOI SERT UNE CHANSON SI ELLE EST DÉSARMÉE ?

Jamala, une Tatare de Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014, est la grande gagnante du concours de l'Eurovision de ce samedi à Stockholm avec sa chanson "1944" consacrée à la tragédie vécue par son peuple lors de la déportation stalinienne. Une chanson puissante comme un train lancé à toute vitesse au milieu de toutes ces chansons faisant plus attention au paraître qu'à l'être. Re-ecoutez la chanson You are the only one de la Russie sans tous ses effets visuel lors des soirées de l'Eurovision. Aucun intérêt ! Je le dis assez souvent qu'une bonne chanson arrive à être apprécié par sa simple écoute. Pas besoin de flonflon, de feu d'artifices ou d'effets spéciaux pour la trouver géniale.
Bravo aux différents jurys et aux spectateurs qui ont voté pour cette chanson.

Inspirée par les souvenirs de son arrière-grande-mère, déportée de la péninsule en 1944 avec la quasi-totalité des autres Tatars, la chanteuse ukrainienne a elle-même écrit la chanson intitulée "1944" et composée la musique qui a sidéré ses compatriotes, dont les traumatismes ont été ravivés en mars 2014 par l'annexion de la Crimée par la Russie.

"Je voulais faire une chanson sur mon arrière-grande-mère Nazalkhan et les milliers de Tatars de Crimée qui n'ont jamais pu retourner en Crimée, sur l'année qui a changé leurs vies à tout jamais", avait expliqué cette chanteuse brune et svelte de 32 ans lors d'un entretien en février.
Du 18 au 20 mai 1944, la quasi-totalité des Tatars de Crimée, peuple musulman d'origine turque alors accusé par Staline d'avoir collaboré avec les nazis, ont été entassés dans des wagons de marchandises et déportés, la plupart en Asie centrale où la moitié d'entre eux sont morts en raison de conditions de vie très rudes.
Parmi eux se trouvaient l'arrière-grande-mère de Jamala avec ses quatre fils et sa fille. Son mari combattait alors les nazis dans les rangs de l'armée soviétique.
La famille a été "enfermée dans un wagon de marchandises, comme des bêtes, sans eau, sans nourriture et expédiée vers l'Asie centrale", raconte l'artiste.
Rien que pendant ce voyage, environ 8000 personnes sont mortes de soif et de la typhoïde, dont un enfant de l'arrière-grande-mère de Jamala.
La fille de Nazalkhan est décédée et "son corps a été jetée du wagon comme une ordure", dit-elle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article