Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par www.matthieulamarque.fr

Cécile Chartre, une auteure paloise aux super-pouvoirs !

Cécile Chartre, auteur paloise, nous parle de son univers. Des anti-héros, des chats, des super-héros de son inspiration, de ses envies... Elle nous parle d'elle autour de son dernier livre "Elliot, super-héros", édité par Rouergue.

Bonjour Cécile, vous arrivez en 2015 avec 2 nouveaux romans pour la jeunesse. Comment envisagez-vous cette nouvelle année ?

Après un petite période sans parution, je l'envisage plutôt bien !

Il semblerait que les garçons vous inspirent plus que les filles dans l'écriture de vos personnages principaux. Angel dans « Poil nez », Philibert dans «Petit meurtre et menthe à l'eau » Alexandre dans « ça déménage », et là maintenant Elliot dans « Elliot Super Heros ». Est-ce que vous avez des raisons particulières à cela ?

Vous avez visé juste. Hors mis dans « Joyeux ornithorynque », tous mes personnages principaux sont des garçons. Peut-être que c'est une façon de me protéger, de ne pas trop me dévoiler. Parce que bien sûr, ces garçons-là me ressemblent pas mal ! Ah zut, j'en ai trop dit...

Dans quasiment tous vos livres, vous laissez une place important au chat. Quels rapports vous entretenez avec cet animal ? On vous imagine écrire au milieu de plein de chats, Est-ce le cas ?

Ça s'est fait d'une façon tout à fait inconsciente, mais je me rends compte aujourd'hui que les chats représentent une espèce de fil conducteur entre tous mes livres. Et c'est vrai qu'ils y jouent très souvent un rôle important. Je suis une femme à chat, effectivement. Mais je suis très très monomaniaque à ce niveau là. Un seul chat à la fois, s'il vous plaît. En ce moment, c'est Luchien le chat qui partage ma vie et celle de ma famille. Un chat sauvage que j'ai réussi à apprivoiser. Aujourd'hui, c'est un vrai pot de colle !

Durant ces dernières années, nous avons pu voir plusieurs courants dans la littérature jeunesse : la sorcellerie, les vampires, les loups-garous et actuellement, les personnes aux pouvoirs. Avec votre dernier livre « Elliot, super-héros », le public pourrait penser que vous surfez sur le phénomène alors que pas du tout. Vous cassez les codes. En fait, comment vous est venue l'inspiration de cette nouvelle histoire ?

J'avoue qu'en écrivant cette histoire, je n'étais même pas consciente que je surfais sur une vague ! Quand j'ai un texte en cours, je m'enferme dans ma bulle, et je ne lis plus rien pour ne pas être trop imprégnée. Mais c’est vrai que je suis entourée de livres au quotidien, alors peut-être suis-je influencée malgré tout. Ce qui est certain, c’est qu’avec Elliot, j'ai juste eu envie de faire rire mes lecteurs. Et les anti-héros m'ont toujours beaucoup fait rigoler. Les super héros miteux, en particulier, avec leurs slips improbables. J'ai beaucoup ri moi-même en imaginant ce personnage, ça a été un vrai plaisir d'écriture. Après, j'aime beaucoup casser les codes effectivement. Et être là où l'on ne m'attend pas. Un peu comme Elliot finalement. Personne n’aurait parié sur lui, et pourtant, il ne s’en tire pas si mal…

A quel moment vous vous dites "Mon histoire est finie" ?

Vous n'êtes pas adepte des suites. Difficile pour un super héros, non ? Non, en principe, je ne fais pas de suites même si mes lecteurs me le demandent souvent. Mes textes sont courts, et mes fins ouvertes. Je ne veux pas tout dire, tout décrire. J’incite ainsi mes lecteurs à imaginer leur propre personnage, et leur propre suite. Tout peut arriver lorsqu’ils referment mes livres, le pire comme le meilleur. Mais pour une fois, je vais déroger à la règle. Mon éditrice me réclame une suite à Elliot, Et comme je ne peux rien lui refuser, elle est en cours d’écriture !

Vos livres sont souvent récompensés et vous êtes un auteur reconnue. Mais en fait, comment êtes vous arrivées à écrire des livres pour la jeunesse ?

La littérature de jeunesse s’est imposée à moi vraiment de façon naturelle. Je crois que j’ai visé avant tout cette maison d’édition que j’aime tant, le Rouergue. J’adore son graphisme, et son ton. En écrivant mon premier manuscrit, c’est avant tout à cette maison-là que je voulais l’envoyer, sans du tout connaître les ficelles de la littérature de jeunesse. Et je crois que je ne les connais toujours pas. Quand j’écris, je ne me demande pas si je le fais pour les enfants, les parents, les tontons, les grands-parents, ou je ne sais quoi. Ça se fait presque de façon instinctive. J’écris et puis c’est tout !

Ecrire pour les adultes ne vous tente pas ?

Il se trouve que mon prochain roman est édité dans une collection ado-jeunes adultes. C’est l’éditeur qui a décidé de la placer dans cette collection –là. On verra bien comment ça se passe. Je me sens tellement bien en littérature de jeunesse que je ne vise rien en particulier, surtout pas celle des adultes ! Mais l’écriture évolue parfois, les sujets abordés également. Alors allez savoir. Peut-être que sur mes vieux jours, quand je serai enfin adulte, j’écrirai pour les grands !

En effet, à peine Elliot super héros sorti, un nouveau arrive ce mois-ci . Vous pouvez nous en parler un peu ?

« Cœur de cailloux » est un texte auquel je tiens beaucoup, et qui ne ressemble pas à ce que j’ai écrit auparavant. D’ailleurs, il sort chez un autre éditeur. Je ne sais pas du tout comment il va être accueilli, mais je crois que je prends des risques avec lui. Il s’agit de l’histoire d’une rencontre improbable entre un jeune homme et une vieille dame. Mais c’est surtout le récit d’un grand amour. Le style d’amour qui peut rendre fou. Ce nouveau roman est annoncé pour fin mai. Patience !

Quand on fait le tour de vos écrits, on peut noter une grande tendresse pour vos personnages. Ils sont tous un peu cabossés mais pas trop malheureux. Il y a un vent d'optimisme que l'on retrouve avec votre humour dans vos phrases. Comment trouvez vous le bon équilibre entre la dureté de leur quotidien et leurs aventures qui nous font sourire ?

Vous touchez-là à ma « marque de fabrique». Je parle dans mes livres du quotidien des enfants. Et dans le quotidien, nos enfants ne sont pas toujours épargnés. Alors oui, je traite souvent de sujets difficiles, comme le divorce, et même le deuil. Mais j’essai toujours de mêler l’émotion avec l’humour et la dérision. Parce que je suis sûre que dans les livres, et dans la vraie vie, c’est l’humour qui nous sauvera. En tout cas, moi, c’est grâce à lui que j’arrive à tenir !

Merci beaucoup Cécile Chartre pour cette rencontre, au fait, c'est quoi votre super pouvoir de super héros ? Je suis sûr que vous en avez un !

Un peu que j’en ai un ! J’ai réalisé mon rêve d’enfant : écrire des livres !

Cécile Chartre, une auteure paloise aux super-pouvoirs !
Cécile Chartre, une auteure paloise aux super-pouvoirs !

Bibliographie :

Joyeux ornithorynque

Poil au nez

Petit meurtre et menthe à l'eau

Ca déménage

Elliot super héros

Édités chez ROUERGUE"

* artile paru dans le numéro de Mai 2015 de Freemag édité par Presse Purée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article