Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par www.matthieulamarque.fr

30e anniversaire Retour vers le Futur : Marty a eu peur d'être gay ?

Les héros des films et séries qui ont marqué notre enfance ou notre adolescence n'étaient pas forcément aussi ouverts d'esprit que le sont les personnages actuels. C'était une autre époque...

Voici une scène supprimée de "Retour vers le futur" qui en est la preuve. Le film, sorti en 1985, fête ses 30 ans cette année et fait l'objet d'un nouveau coffret collector. Parmi les nombreux bonus, une scène qui n'a pas fait partie du montage final du premier film, et qui commence à faire parler outre-Atlantique. Et si elle avait été mise en ligne sur YouTube il y a quatre ans déjà, ce n'est que cette semaine qu'elle commence à faire le tour du monde.

Dans cette scène, on aperçoit Marty McFly, alias Michael J Fox, face à Doc Brown (Christopher Lloyd), en 1955, et les deux hommes discutent d'une stratégie au cours de laquelle le jeune héros va devoir flirter avec sa mère. Mais il est inquiet. "Toute cette histoire avec ma mère... Je ne sais pas si je peux vraiment le faire et aller la draguer... J'ai du mal à croire que je vais aller peloter ma propre mère. C'est le genre de choses qui pourrait me dérégler à vie ! Et si je revenais dans le futur et que je devenais... gay ?", lance ainsi Marty McFly à son ami.

Mais en 1955, Doc ne comprend pas la référence et pense tout simplement que "gay" signifie "joyeux", et lui répond donc "Pourquoi ne serais-tu pas heureux ?". Laissant entendre qu'un événement supposé traumatisant pourrait rendre quelqu'un gay, la scène a, peut-être pour cette raison, été coupée au montage. Mais la subtilité réelle et j'aime à penser que c'est celle-là : "Pourquoi ne serais-tu pas heureux ?" est un message de Doc. Pourquoi Marty ne serait-il pas heureux en étant gay ? Les nuances sont dans la traduction du dialogue... Je vous propose de découvrir cette video. A vous de voir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article