Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par www.matthieulamarque.fr

QUEER PIX 2015 #1

La nouvelle édition du Queer Pix vient de commencer ce jeudi 19 février et ce jusqu'au dimanche 22 février au Cinéma Le Méliès à Pau (64).

Ce 12ieme Cycle du Film LGBT, organisé par l'association IDEM propose 6 films abordant le vivre ensemble avec les différences de chacun.

 

Petit historique de ce festival...

IDEM, association homosexuelle mixte paloise, est consciente que bien des discriminations viennent de la méconnaissance et de la peur de l'autre. Ces homosexuel(le)s, qui sont-ils? Comment vivent-ils? Comment aiment-ils? C'est pourquoi IDEM, en collaboration avec le cinéma "Le Méliès", osait créer à PAU en 1998 son premier festival de films gays et lesbiens.

Ce festival exprimait la volonté de lutter contre les clichés habituellement liés à l'homosexualité et présentait cinq films internationaux qui prônaient le respect et la tolérance.

Forte du succès de cette édition, IDEM organisait en janvier 2000 un second festival composé de six films internationaux pour un très large public. Différentes animations s’y déroulaient aussi : représentations théâtrales, expositions, vitrines littéraires, un forum associatif, des soirées musicales et un débat grand public sur le PACS.

La réussite de cette manifestation fut telle qu’un troisième festival vit le jour en janvier 2002. Il s’articulait autour de trois axes : la déportation des homosexuels, le droit des homosexuels dans le monde et l’homoparentalité. Une semaine entière de projection, des vitrines littéraires, un forum associatif, des soirées musicales et deux soirées-débats grand public avec des invités de marque en étaient les temps forts.

La réussite de cette manifestation fut telle que le festival fut pérennisé en janvier 2002, 2004, 2006 et 2008, puis devenu annuel à la demande du Méliès, en février de 2010 à 2013 !

Il invitait à se pencher sur des thèmes aussi variés que homosexualité et suicide, émergence d’une culture homosexuelle, être homosexuel(le) en 2004, être parent d’homosexuel, être parent et homosexuel(le), discrimination et homosexualité ou encore le mariage homosexuel. Cinq à neuf jours de projection pour sept à dix longs métrages alternant fiction et document, des forums associatifs, des vitrines littéraires et des soirées-débats avec des réalisateurs, des écrivains, des associations.

En 2013, la semaine du film LGBT revendiquait son identité, hors genre et hors norme, et adoptait le nom de "Queer Pix", intégrant ainsi tous les possibles de l’altersexualité.

On constate que les temps changent et que l'engouement du public est différent. Nous sommes dans une période de crise pour notre pays. Vivre libre, aimer libre et penser libre sans incitation à la violence ni à la haine est redevenu une chose fragile aujourd'hui. Aux dires des organisateurs, il est important de maintenir cette manifestation qui a débuté en 1998. Tout d'abord pour garder une visiblité de l'association avec un objetif culturel car le cinéma est le vecteur de beaucoup de choses. Puis aussi, pour rassembler tous les publics autour de ces films propices aux débats.

Cette année 4 jours avec 6 films de qualités abordant principalement le théme de la force de l'amour qui découle de ces choses heureuses ou douloureus vécues à deux.

N'oublions pas qu'autrefois, dans l'Histoire du cinéma, les homosexuels étaient soient des psychopathes, des travestis ou bien ils se suicidaient. Peu de personnages de films donnaient une image positives et surtout, rares étaient les fois où on montrait la possibilité de vivre à deux.

Bref, le cinéma a évolué (peut-être plus vite que nos mentalités) et il nous montre durant cette nouvelle édition des histoires de couples lgbt heureux d'être ensemble vivant dans un contexte historique difficile.

Voici la programmation :

 

Le Cercle / Stefan Haupt / Jeudi 19 février 20h30

Der Kreis / Suisse / 2014 / 1h42 / couleur / vostf
avec Anatole Taubman, Marianne Sägebrecht, Antoine Monot jr.

Les années 40 à Zurich. Robi et Ernst se rencontrent par l’intermédiaire de la publication homosexuelle Le Cercle qui a fait office de figure de proue pour la défense des droits et de la culture gay. Lorsque Ernst, enseignant, tombe éperdument amoureux de Robi, coiffeur le jour et travesti la nuit, des crimes homophobes sont commis à Zurich et Ernst est soupçonné par la police. Un climat de peur s’installe dans la communauté et cette paranoïa crée de profonds changements au sein de l’association qui ne devra sa survie qu’à l’énergie des plus jeunes. À travers les témoignages très précis des deux hommes qui sont comme des interludes, Stefan Haupt (Le mystère de la Sagrada familia) nous raconte une histoire d’amour universelle majoritairement reconstituée avec des acteurs.

 

 

My Two Daddies / Travis Fine / Vendredi 20 février à 20h15 / Samedi 21 à 22h15

Any Day Now / États-Unis / 2012 / 1h38 / couleur / vostf
avec Alan Cumming, Garret Dillahunt, Isaac Leyva

Californie, début des années 80. Paul et Rudy débutent une relation amoureuse, quand le destin met sur leur chemin Marco, un petit garçon trisomique, négligé par sa mère toxicomane. Cette dernière incarcérée leur confie l’enfant. Ils entreprennent d’obtenir la garde de l’enfant. Cela marche plutôt bien tant que les amants se font passer pour des cousins, mais quand la vérité éclate, les préjugés et la machine judiciaire et sociale s’emballent. A partir de ce terreau lourd, le réalisateur livre un récit simple, limpide et efficace. Un beau plaidoyer pour la tolérance et la différence surtout dans un contexte de résurgence d’une homophobie ambiante.

 

Love is Strange / Ira Sachs / samedi 21 à 16h30 / dimanche 22 à 20h30

États-Unis - France / 2014 / 1h38 / couleur / vostf / avec Alfred Molina, John Lithgow
Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

Après 39 ans de vie commune, George et Ben se marient. Au retour de leur voyage de noces, George se fait licencier...Love is Strange parle de problèmes que rencontrent toutes les familles, et pose les questions : qu’est ce que cela signifie grandir, et de vieillir ? Il y est question de transmission entre différentes générations à l’intérieur d’une famille et d'un groupe. Ira Sach réussit  à débarrasser son film des habituels clichés véhiculés et s’adresse à toutes les générations tout en témoignant avec audace et intelligence des avancées sociales contemporaines.

 

Something Must Break / Ester Martin Bergsmark / vendredi 20  à 14h / dimanche 22 à 15h45
Någonting måste gå sönder / Suède / 2014 / 1h21 / couleur / vostf
avec Saga Becker, Iggy Malmborg, Shima Niavarani
Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

Stockholm, entre zones industrielles et terrains vagues, Sebastian, androgyne au charme envoûtant, se met en danger en ayant des aventures sexuelles avec des inconnus. Alors qu’il est en pleine dérive, il rencontre le troublant Andreas, et c'est le coup de foudre. Mais cette relation intense et soudaine va être des plus électriques. Ce premier long-métrage, ne ressemble en rien de déjà-vu. Complexité rime ici avec justesse et nuance et le film bouleverse.

 

In the Family / Patrick Wang / dimanche 22 février à 17h

États-Unis / 2011 / 2h49 / couleur / vostf  / avec Sebastian Banes, Patrick Wang, Trevor St. John 

Après 39 ans de vie commune, George et Ben se marient. Au retour de leur voyage de noces, George se fait licencier...Love is Strange parle de problèmes que rencontrent toutes les familles, et pose les questions : qu’est ce que cela signifie grandir, et de vieillir ? Il y est question de transmission entre différentes générations à l’intérieur d’une famille et d'un groupe. Ira Sach réussit  à débarrasser son film des habituels clichés véhiculés et s’adresse à toutes les générations tout en témoignant avec audace et intelligence des avancées sociales contemporaines.

 

Reaching for the Moon / Bruno Barreto / samedi 21 à 18h30

Flores Raras / Brésil / 2012 / 1h44 / couleur / vostf / avec Glória Pires, Miranda Otto, Tracy Middendorf

Après 39 ans de vie commune, George et Ben se marient. Au retour de leur voyage de noces, George se fait licencier...Love is Strange parle de problèmes que rencontrent toutes les familles, et pose les questions : qu’est ce que cela signifie grandir, et de vieillir ? Il y est question de transmission entre différentes générations à l’intérieur d’une famille et d'un groupe. Ira Sach réussit  à débarrasser son film des habituels clichés véhiculés et s’adresse à toutes les générations tout en témoignant avec audace et intelligence des avancées sociales contemporaines.

 

 

Rencontre avec l'association IDEM :

Le 21 février de 15h à 18h au café Méliès. L'association présentera ses activités et son fonctionnement. Echanges autour des films de Queer Pix, dédicaces d'Arnaud Alessandrin et Karine Solène Espineira.

 

Débat et table ronde :

  • Vendredi 20 février, débat autour du film "May two Daddies". Rencontre avec Arnaud Alessandrin, sociologue.

  • Samedi 21 février, table ronde autour d'une enquête sur la transphobie, au café Méliès, en compagnie d’Arnaud Alessandrin qui présentera son enquête et ses résultats. Il sera également possible de répondre à toutes les questions que vous vous posez.


 Exposition :

Jusqu'au 8 mars, au café Méliès, photos de Kay Garnellen (trans performeur, acteur, activiste, écrivain...) sur un projet d’Amaury Grisel.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article